-isme

-isme, -iste
Suffixes, du gr. -ismos, -istês, servant à former des substantifs: -isme désigne une doctrine (socialisme), une profession (journalisme), et également la caractéristique de (lorsque suffixe d'un adj., ex. gigantisme, pédantisme); -iste désigne une personne professant une doctrine (ex. extrémiste), pratiquant une activité, une profession (ex. violoniste).

⇒-ISME, suff.
Suff. formateur de subst. masculins.
I. — [Le suff. implique une prise de position, théorique ou pratique, en faveur de la réalité ou de la notion que dénote la base]
A. — [Le mot désigne une doctrine, une croyance, un système, un mode de vie, de pensée ou d'action, une tendance]
1. PHILOSOPHIE
a) [La base est issue du gr.] V. anthropomorphisme, hédonisme.
b) [La base est issue du lat.] V. déisme, essentialisme, historicisme, naturalisme, pluralisme, rationalisme.
c) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. amoralisme, athéisme, cartésianisme, criticisme, existentialisme, exotérisme, finalisme, hégélianisme, hermétisme, humanitarisme, immoralisme, innéisme, intellectualisme, laïcisme, matérialisme, nominalisme, positivisme, relativisme, spiritualisme, stoïcisme, structuralisme, universalisme.
d) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. atomisme, chosisme, encyclopédisme, évolutionnisme, humanisme.
e) [La base est un nom propre] V. aristotélisme, bergsonisme, épicurisme, kantisme, platonisme.
Rem. À noter aussi les empr. a) au lat. : cynisme, dogmatisme; b) à l'angl. : agnosticisme, behavio(u)risme, pragmatisme, théisme; c) à l'all. : déterminisme, monisme.
2. RELIGION
a) [La base est issue du lat.] V. animisme, biblicisme, fidéisme, mysticisme, romanisme.
b) [La base est issue de l'arabe] V. soufisme.
c) [La base est issue de l'anc. perse] V. mazdéisme.
d) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. anglicanisme, catholicisme, cléricalisme, essénianisme, hindouisme, illuminisme, intégrisme, luthéranisme, manichéisme, occultisme, oecuménisme, protestantisme, puritanisme, tradition(n)alisme.
e) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. brahmanisme, chamanisme, démonisme, druidisme, fétichisme, islamisme, messianisme, papisme, prophétisme.
f) [La base est le rad. du mot en -iste correspondant] V. évangélisme.
g) [La base est un nom propre] V. arianisme, bouddhisme, calvinisme, mahométisme, zoroastrisme.
Rem. À noter aussi les empr. a) au gr. : syncrétisme; b) au lat. : christianisme, judaïsme, millénarisme, paganisme; c) à l'angl. : gnosticisme, méthodisme; d) à l'all. : piétisme.
3. POL., SOCIOL., ÉCON.
a) [La base est issue du lat.] V. doctrinarisme, féminisme, nihilisme, particularisme.
b) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. absolutisme, autoritarisme, bipartisme, bolchevisme, centralisme, collectivisme, colonialisme, communisme, égalitarisme, fédéralisme, féodalisme, gauchisme, industrialisme, jacobinisme, libéralisme, malthusianisme, marginalisme, mercantilisme, mutualisme, nationalisme, nazisme, parlementarisme, royalisme, socialisme, syndicalisme, totalitarisme.
c) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. anarchisme, aristocratisme, capitalisme, carbonarisme, centrisme, démocratisme, despotisme, (libre-)échangisme, élitisme, esclavagisme, étatisme, expansionnisme, machinisme, monarchisme, progressisme, protectionnisme, séparatisme, tsarisme.
d) [La base est le rad. d'un verbe] V. dirigisme.
e) [La base est un nom propre] V. bonapartisme, boulangisme, césarisme, chiraquisme, combisme, dreyfusisme, fouriérisme, gaullisme, hitlérisme, joséphisme, léninisme, machiavélisme, maoïsme, marxisme, sionisme, stakhanovisme, taylorisme.
Rem. À noter aussi les empr. a) à l'amér. : isolationnisme; b) à l'ital. : fascisme, irrédentisme; c) à l'angl. : abolitionnisme, associationnisme, impérialisme.
4. ÉTHIQUE
a) [La base est issue du lat.] V. nudisme.
b) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. végétalisme, végétarisme.
c) [La base est le rad. d'un subst. fr.] V. naturisme.
5. ARTS, ARCHIT., LITT.
a) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. dodécaphonisme, préraphaélisme, simultanéisme.
b) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. cubisme, dadaïsme, expressionnisme, fauvisme, impressionnisme, monolithisme, symbolisme.
c) [La base est un syntagme] V. vers-librisme.
Rem. À noter aussi les empr. à l'ital. : futurisme, maniérisme, vérisme.
6. BIOLOGIE
a) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. fixisme.
b) [La base est le rad. d'un verbe fr.] V. transformisme.
c) [La base est un nom propre] V. darwinisme, lamarckisme, mendélisme.
7. GÉOL. [La base est un subst. fr.] V. catastrophisme.
8. PSYCHOL., PSYCH.
a) [La base est le rad. d'un adj. fr.] V. constitutionnalisme, génétisme.
b) [La base est un nom propre] V. freudisme.
c) [La base est un mot étranger] V. gestaltisme.
9. SPORTS. [La base est un nom propre] V. hébertisme2.
B. — 1. [Le mot désigne une attitude, un comportement]
a) [La base est issue du gr.] V. empirisme, mimétisme.
b) [La base est issue du lat.] V. altruisme, angélisme, civisme, égoïsme, formalisme, laxisme, optimisme, pessimisme, rigorisme, scientisme.
c) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. activisme, chauvinisme, classicisme, conservatisme, conventionalisme, cosmopolitisme, éclectisme, égocentrisme, érotisme, exclusivisme, extatisme, extrémisme, fanatisme, fatalisme, favoritisme, formalisme, idéalisme, ignorantisme, immobilisme, individualisme, infantilisme, légalisme, loyalisme, lyrisme, modernisme, nomadisme, obscurantisme, opportunisme, pacifisme, pédantisme, purisme, radicalisme, réalisme, romantisme, scepticisme, sectarisme, sentimentalisme, snobisme, triomphalisme, verbalisme.
d) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. abstentionnisme, académisme, ascétisme, attentisme, aventurisme, cabotinisme, cannibalisme, caporalisme, carriérisme, cénobitisme, charlatanisme, défaitisme, dilettantisme, esthétisme, exhibitionnisme, goujatisme, héroïsme, jésuitisme, noctambulisme, passéisme, patriotisme, perfectionnisme, racisme, terrorisme, vandalisme.
e) [La base est le rad. du mot en -iste correspondant] V. conformisme.
f) [La base est le rad. d'un verbe] V. arrivisme.
g) [La base est un syntagme] V. je-m'en-fichisme, je-m'en-foutisme, jusqu'au boutisme.
h) [La base est un nom propre] V. bovarisme/bovarysme, don(-)quichottisme, narcissisme.
Rem. À noter aussi les empr. a) au gr. : laconisme, ostracisme; b) à l'angl. : absentéisme, égotisme, paternalisme.
2. Spéc. [Le mot désigne une attitude, un comportement pathol.]
a) [La base est issue du lat.] V. mutisme.
b) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. crétinisme, gâtisme, négativisme, onirisme.
c) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. somnambulisme, vampirisme.
d) [La base est un nom propre] V. masochisme, sadisme.
Rem. À noter l'empr à l'all. : autisme.
II. — [Le suff. implique une activité en rapport avec l'objet que dénote la base]
A. — 1. [Le mot désigne une activité, une sphère d'activités professionnelles, sociales, etc.]
a) [La base est issue du lat.] V. urbanisme.
b) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. climatisme, thermalisme.
c) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. banditisme, gangstérisme, journalisme, prosélytisme, proxénétisme, secourisme, spiritisme.
d) [La base est le rad. du mot en -iste correspondant] V. essayisme.
e) [La base est le rad. d'un verbe] V. illusionnisme.
Rem. À noter aussi a) les empr. ) au lat. catéchisme, exorcisme; ) à l'angl. : eugénisme, hypnotisme, tourisme; b) ainsi que les empr. ) au gr. : cathétérisme; ) au lat. : gargarisme, sinapisme, désignant des moyens thérapeutiques.
2. Spéc. [Le mot désigne une activité sportive]
a) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. alpinisme, culturisme, hippisme, nautisme.
b) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. athlétisme, cyclisme, équilibrisme, parachutisme, scoutisme.
B. — [Le mot désigne une intoxication, l'usage excessif d'un produit]
1. [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. éthylisme, saturnisme.
2. [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. alcoolisme, narcotisme, tabagisme.
C. — [Le mot désigne un mode de raisonnement ou d'expression]
1. [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. allégorisme, analogisme.
2. [La base est le rad. d'un verbe] V. comparatisme.
Rem. À noter aussi les empr. a) au gr. : paralogisme, sophisme; b) au lat. : aphorisme, euphémisme, solécisme, syllogisme.
III. — [Le suff. implique la simple constatation d'un fait, d'une réalité]
A. — 1. [Le mot désigne un état, une qualité, une caractéristique]
a) [La base est issue du gr.] V. anachronisme, dynamisme (cf. ce mot B).
b) [La base est issue du lat.] V. dualisme (cf. ce mot B).
c) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. amorphisme, analphabétisme, animalisme, bilinguisme, chromatisme2, classicisme, diabolisme, didactisme, dimorphisme, ésotérisme, exotisme, hiératisme, illogisme, isochronisme, isomorphisme, polymorphisme, professionnalisme.
d) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. amateurisme, automatisme, bigotisme, fonctionnarisme, ilotisme, parasitisme.
e) [La base est une loc. adv.] V. a priorisme.
Rem. À noter aussi les empr. a) au gr. : antagonisme, charisme, chromatisme1, parallélisme; b) au lat. : archaïsme; c) à l'angl. : paupérisme, truisme.
2. Spéc. [Le mot désigne une ou l'ensemble des caractéristiques d'un peuple, d'une région, d'une civilisation, une tournure propre à une langue, désignés par la base].
a) [La base est issue du lat.] V. gallicisme.
b) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. alexandrinisme, arabisme, aramaïsme, asiatisme, celtisme, espagnolisme, européisme, hébraïsme, germanisme, hispanisme, italianisme, latinisme, orientalisme, provincialisme, régionalisme, sémitisme.
c) [La base est un subst. fr.] V. argotisme.
d) [La base est le rad. d'un nom propre] V. belgicisme, canadianisme, hélvétisme.
Rem. À noter aussi les empr. a) au gr. : hellénisme; b) au lat. : atticisme, barbarisme, hébraïsme, idiotisme; c) à l'angl. : américanisme, anglicisme.
B. — Domaine des sciences
1. [Le mot désigne un ensemble, une entité susceptible de fonctionner]
a) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. psychisme.
b) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. organisme.
Rem. À noter l'empr. au lat. : mécanisme.
2. [Le mot désigne un phénomène, un processus biol., géol., physique].
a) [La base est issue du gr.] V. anabolisme, astérisme, catabolisme, métamorphisme, métabolisme.
b) [La base est issue du lat.] V. atavisme.
c) [La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. magnétisme, péristaltisme.
d) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. chimisme, volcanisme.
e) [La base est un nom propre] V. galvanisme.
f) [La base est un élém. formant] V. tropisme.
C. — Spécialement.
1. LING. [Le mot désigne les caractéristiques d'une langue]
a) [La base est issue du gr.] V. graphisme.
b) [La base est issue du lat.] V. vocalisme.
c) [La base est le rad. d'un adj. fr.] V. consonantisme.
d) [La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. alphabétisme, syllabisme.
2. BIOL., MÉD.
a) [Le mot désigne un trouble, une affection]
[La base est issue du lat.] V. botulisme, gigantisme, nanisme, paludisme, rachitisme.
[La base est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. lymphatisme, prognatisme.
[La base est un subst. ou le rad. d'un subst. fr.] V. arthritisme, mongolisme.
[La base est un nom propre] V. daltonisme.
Rem. À noter aussi les empr. a) au gr. : anévrisme, éréthisme, rhumatisme, traumatisme; b) au lat. : priapisme, strabisme; c) à l'angl. : astigmatisme.
b) [Le mot désigne une caractéristique sexuelle; le 1er élém. est un adj. ou le rad. d'un adj. fr.] V. androgynisme, gynandromorphisme, hermaphrodisme/hermaphroditisme.
Rem. gén. On notera, partic. dans les domaines où le suff. implique une adhésion à la notion dénotée par la base, l'existence du couple -isme/-iste, le vocable en -iste désignant l'adepte de la doctrine, le spécialiste de l'activité désignée par le dér. correspondant en -isme. D'autres couples fonctionnent de manière semblable : -isme/-ique (fanatismeanatique, romantisme/romantique), -isme/-ien (bergsonisme/bergsonien). À noter encore l'existence du couple adj./subst. de base, dér. en -isme (protestant/protestantisme).
Morphol. Les dér. en -isme ont fréq. pour base l'adj. concr. auquel ils correspondent. La base peut être également un subst. (nom commun ou nom propre), un verbe, un syntagme, un mot étranger.
A. — La base ne subit pas de modifications
1. La base est un adj. : hindou > hindouisme, protestant > protestantisme.
2. La base est un nom propre ou un mot étranger : Bergson > bergsonisme, chaman > chamanisme, gestalt > gestaltisme, Islam > islamisme, Kant > kantisme.
3. La base est un empr. à des mots lat. en -alis : amoral > amoralisme, animal > animalisme, central > centralisme, clérical > cléricalisme, fatal > fatalisme, féodal > féodalisme, final > finalisme, libéral > libéralisme, nominal > nominalisme, oriental > orientalisme, provincial > provincialisme, radical > radicalisme.
B. — La base subit des modifications phonét. et/ou graph.
1. Modification ne concernant que la chaîne parlée
-an > -anisme [] > [anism] : anglican > anglicanisme, volcan > volcanisme.
-on > -onisme [] > [] : démon > démonisme, Platon > platonisme.
2. Effacement de la voyelle finale : athée > athéisme, centre > centrisme, druide > druidisme, fétiche > fétichisme, De Gaulle > gaullisme, prophète > prophétisme, infantile > infantilisme, mercantile > mercantilisme.
3. Effacement de la consonne finale : héros > héroïsme, secours > secourisme.
4. Redoublement de la consonne finale : progrès > progressisme.
5. Modification de la consonne finale
-ac > -aquisme [ak] > [akism] : Chirac > chiraquisme.
-if > -ivisme [if] > [ivism] dans les empr. à des mots lat. en -ivus : actif > activisme, exclusif > exclusivisme, négatif > négativisme, positif > positivisme.
6. Modification de la syllabe finale
-ain > -anisme [] > [anism] dans l'empr. à l'anglais : puritain > puritanisme.
-el > -alisme [] > [alism] dans les empr. à des mots lat. en -alis : intellectuel > intellectualisme, industriel > industrialisme, matériel > matérialisme, réel > réalisme, spirituel > spiritualisme, universel > universalisme.
7. Disparition de la syllabe finale : hermaphrodite > hermaphrodisme.
8. Addition d'une consonne euphonique : absolu > absolutisme, favori > favoritisme.
9. Substitution de suff.
-er : Boulanger > boulangisme.
-eur : conservateur > conservatisme.
-eux : gâteux > gâtisme.
-ie : anarchie > anarchisme, démocratie > démocratisme, tabagie > tabagisme.
-ien, -éen : européen > européisme, végétarien > végétarisme.
-in : saturnin > saturnisme.
-ion : séparation > séparatisme.
-ite : préraphaëlite > préraphaëlisme.
-ité : humanité > humanisme.
-ique. La substitution -ique/-isme est la plus fréq. : aramaïque > aramaïsme, asiatique > asiatisme, bolchevique > bolchevisme, chromatique > chromatisme, consonantique > consonantisme, diabolique > diabolisme, didactique > didactisme, érotique > érotisme, exotique > exotisme, fanatique > fanatisme, germanique > germanisme, hébraïque > hébraïsme, hermétique > hermétisme, hippique > hippisme, lymphatique > lymphatisme, lyrique > lyrisme, magnétique > magnétisme, narcotique > narcotisme, oecuménique > oecuménisme, pacifique > pacifisme, psychique > psychisme, romantique > romantisme.
10. Élargissement du suff. : messie > messianisme.
11. Accolement du suff. -isme à un autre suff. modifié ou non
-al > -alisme (cf. -al morphol. 4) [al] > [alism] : colonial > colonialisme, fédéral > fédéralisme, journal > journalisme, marginal > marginalisme, national > nationalisme, régional > régionalisme, structural > structuralisme, syndical > syndicalisme, thermal > thermalisme.
-el > -alisme [] > [alism] : constitutionnel > constitutionnalisme, existentiel > existentialisme, individuel > individualisme, mutuel > mutualisme, professionnel > professionnalisme.
-aire > -arisme [] > [] : autoritaire > autoritarisme, égalitaire > égalitarisme, fonctionnaire > fonctionnarisme, humanitaire > humanitarisme, parlementaire > parlementarisme, sectaire > sectarisme, totalitaire > totalitarisme.
-ien > -ianisme [] > [janism] : cartésien > cartésianisme, essénien > essénianisme, hégélien > hégélianisme, italien > italianisme, luthérien > luthérianisme, malthusien > malthusianisme.
-ique > -icisme [ik] > [isism] : Belgique > belgicisme, catholique > catholicisme, classique > classicisme, critique > criticisme, sceptique > scepticisme, stoïque > stoïcisme.
-in > -inisme [] > [inism] : alexandrin > alexandrinisme, alpin > alpinisme, jacobin > jacobinisme.
Productivité. On relève dans la docum. du TLF plus de 4 000 subst. en -isme.
Prononc. et Orth. : [-ism]. Dial. (notamment Midi de la France, Alsace) ou par affectation (radio, télévision) : [-]. Joints à un mot en -tion, -sion, -ssion les suff. -isme, -iste entraînent gén. le redoublement de n : déviationnisme, illusionniste (THIM. Princ. 1967, p. 55; GAK 1976, p. 197). Mais les hésitations sont nombreuses selon les mots et parfois chez le même aut. selon les œuvres et les éd. Ex. : Tharaud : illusionisme (An prochain, 1924, p. 170), -onniste (Israël est roi, 1921, p. 43); Barrès : illusionisme (Renan, 1888, p. 258), -onnisme (Appel soldat, 1900, p. 500). Comparer avec -al pour lequel la tendance est de ne pas doubler n : traditionaliste. -isme, -iste > -ïsme, -ïste derrière a et o pour préserver la diérèse : archaïsme, hébraïste, héroïsme, maoïste. Étymol. et Hist. -isme est un suff. sav. issu du suff. gr. - par l'intermédiaire du lat. -ismus (les dér. gr. en - étant eux-mêmes en relation avec des verbes en - et quelquefois en -). -isme sert à former des subst. masc. Sous sa forme lat., -isme a trouvé une grande extension dans le lat. scolast. d'où il est passé dans la lang. vulg. produisant de nombreux dér. dès la Renaissance. Extrêmement productif au cours de la 1re moitié du XIXe s., il a servi à former des termes philos., pol. et écon., avant d'intéresser peu à peu l'ensemble du lexique, la formation et le développement des couples signalés supra partic. -isme/-iste (supra rem. gén.) augmentant encore l'extension du suffixe. Bbg. BELLET (R.). Formation et développement du vocab. chez Vallès journaliste. Cah. Lexicol. 1969, n° 15, p. 11. - DUB. Dér. 1962, p. 7, 9, 14; pp. 34-37. - DUB. Pol. 1962, p. 327. - GOOSSE 1975, pp. 3-4; p. 8. - LAUGESEN (A.T.). Mots dér. de n. d'aut. R. rom. 1974, t. 9, pp. 262-263. - LÜDTKE (J.). Prädikative Nominalisierungen mit Suffixen. Tübingen, 1978, pp. 182-190; p. 204. - MACKENZIE (F.). Les Empr. de l'Angleterre à la France. In : [Mél. Bruneau (C.)]. Paris-Genève, 1954, pp. 117-120. - QUEM. DDL t. 17. - ROBLIN (M.). Paganisme et rusticité. Annales. Paris. 1953, t. 8, n° 2, pp. 173-183. - RUNKEWITZ (W.). Zur Wortbildung in der französischen Pressesprache der Gegenwart. Beitr. rom. Philol. 1967, t. 6, pp. 358-366. - WAHLUND (C.). Cent mots nouv. Modernismes en -isme et en -iste. Studier i modern Språkvetenskap. Uppsala, 1898, n° 1, pp. 3-35.

Suffixe, du grec -ismos (qui eut une extension parallèle à celle du suffixe verbal -idzein → -iser, et dans lequel on reconnaît l'élément nasal -mo- à l'origine de -me dans enthousiasme, marasme, miasme, spasme…), passé en français par l'intermédiaire du latin de basse époque -ismus, et qui sert à la formation de substantifs dérivés masculins, désignant une profession, une opinion (ex. : socialisme, journalisme), l'appartenance à un groupe ou à un système (ex. : structuralisme), etc. -iste.
Le suffixe -isme est très productif; ajouté à un nom ou un adjectif, il forme des termes politiques et sociaux, avec la valeur axiologique de « système d'opinions » ou de « attitude, tendance »; des termes de philosophie, de religion ou de science (« doctrine » ou « croyances »); des termes littéraires et artistiques (« écoles, tendances »). Il a toujours la valeur de « attitude positive par rapport à (une croyance, etc., représentée par la base) ». — Une deuxième valeur du suffixe est celle d' « attitude et activité » conforme à la tendance ou au modèle qu'exprime la base (bovarysme, constructivisme, etc.) ou favorable à une personne, un groupe humain, etc. (américanisme; → Pro-). — À côté de sa valeur de « activité professionnelle » (journalisme), -isme a celle de « caractère ou état particulier, maladie » (mongolisme, virilisme) ou « activité quelconque » (canoéisme, etc.).
Outre les bases nominales et adjectives du lexique, -isme se construit avec des noms propres, notamment en politique ( Gaullisme; → Pompidolisme; giscardisme; barrisme; mitterrandisme…), des verbes (dirigisme), des syntagmes (aquoibonisme).
1 (…) un des inventeurs du dilettantisme, du je m'enfichisme, de beaucoup de mots en « isme » à la mode chez nos snobinettes (…)
Proust, Sodome et Gomorrhe, Pl., t. II, p. 876.
2 (…) tandis que Mme de Guermantes était Guermantes presque sans le vouloir, son pailleronisme, son goût pour Dumas fils étaient réfléchis et voulus.
Proust, le Côté de Guermantes, Pl., t. II, p. 496.
3 Tout ce slavisme, ce tatarisme, cet ibérisme de famille qui fournit les surnoms, les plaisanteries.
Giraudoux, Simon le Pathétique, p. 236.
4 Jérôme était pâle, casqué de migraine, indifférent au shakespearisme du décor, à la forte silhouette du château d'Elseneur qui se dessinait dans la brume de la côte danoise.
Maurice Bedel, Jérôme 60° latitude Nord, XIX, p. 223.
5 Un des effets du système colonial est peut-être de dénationaliser le noir (…) en face d'une Europe qui va se morcelant toujours davantage, nous pétrissons de nos mains un immense continentalisme (…) l'Afrique est un continent passablement vaste.
J.-R. Bloch, Cacaouettes et Bananes, p. 103.
6 Le développement considérable des dérivés en -isme (…) s'accentue : il n'intéresse plus seulement le vocabulaire philosophique, politique ou économique, d'où il semble parti, mais l'ensemble du lexique. Cette expansion est due non seulement à la vulgarisation au XIXe siècle de la philosophie, de l'économie et de la politique, parallèlement aux transformations sociales survenues en France depuis 1840, mais aussi à la formation et au développement du couple -isme -iste-iste (…) renforce l'emploi de -isme.
J. Dubois, Étude de la dérivation suffixale, p. 35.
Les mots en -isme sont fréquemment prononcés [izm], malgré les recommandations des puristes.
7 (…) le communisme (…) Il prononçait le communizme de façon appuyée, ce qui tout d'un coup rapprochait son langage du parler de l'Américain. Mais celui-ci protestait que le communizme n'était qu'un prétexte (…)
Aragon, Blanche…, III, I, p. 369.
8 (…) ah, c'est là que vous en verrez d'autres ! parce que le colonializme hollandais, alors (…)
Aragon, Blanche…, III, I, p. 370.
9 Le dynamisme, ou, comme disent les gens vraiment convaincus, le dynamizme (…)
Jacques Perret, Bâtons dans les roues, p. 92.
10 — C'est du défaitisme.
— N'employons plus jamais de mots en isme, Tania, voici cent ans qu'ils sont en train de nous dégrader… Défaite — oui, défaitisme — non. Marx — oui, marxisme, non. La Commune, oui mais « communisme »… la psyché, bon, cela signifie quelque chose, mais le psychisme va donc savoir ce que c'est. Déterminisme, populisme, terrorisme, freudisme, pacifisme, arrivisme, christianisme, scientisme, interventionnisme, spiritisme, surréalisme… de petits mots, tous pareils, seul le isme compte, dès qu'il apparaît on est sûr de s'enfoncer dans la médiocrité.
Zoé Oldenbourg, la Joie-Souffrance, p. 35.
REM. Les écrivains cités ont, semble-t-il, l'impression que la prononciation -izme est « marquée », c'est-à-dire choisie et expressive; en fait, la sonorisation de la sifflante s en z dans cette position est une tendance naturelle qui trahit plutôt un relâchement.
DÉR. Isme (n. m.).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.